La peur, cette amie qui te veut du bien

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

La peur, cette amie qui nous veut du bien…

Salut ami de ParisJeMeCasse !

Tu envisages de partir de Paris ou tu viens de partir et tu fais tes premiers pas dans ta nouvelle vie. Ta motivation est forte, tu as vraiment envie que ça marche et pourtant…tu dois bien te l’avouer, il y a cette peur qui vient semer le doute dans ton esprit. Des pensées négatives automatiques t’assaillent. Tu en fais peut-être des insomnies.

As-tu pris la bonne décision ? L’herbe est-elle vraiment plus verte ailleurs? On connait ce qu’on quitte mais on ne connait pas ce qu’on va trouver.  On n’est jamais à l’abri d’un pépin et avec la loi de Murphy ça peut vite tourner au scénario catastrophe.

Comment préserver ta sérénité et faire de tes peurs des amis qui te veulent du bien ?  Pour cela, je te propose 3 pistes à explorer : convertis tes peurs en désirs…, donne du sens à tes actions… et va chercher bonheur!

peur-quitter-paris-partir-se-casser

 1. Convertis tes peurs en désirs….

La peur est une émotion qui  nous indique que quelque chose est en « danger »  afin que l’on le mette « en sécurité ». Si j’ai peur de perdre mon emploi, c’est parce que je veux pouvoir payer mon loyer et avoir un toit sur la tête pour dormir. Si j’ai peur de ne pas être accepté, c’est que je désire faire partie d’un groupe. La peur est l’expression d’un désir.

Une chose à faire est donc de prendre du recul par rapport aux pensées automatiques négatives qui viennent de ton histoire et des ressentis négatifs (sentiment de vulnérabilité, sentiment d’impuissance, difficulté à trouver sa place,  dévalorisation, interdits culturels, religieux ou ethniques, etc.) et t’interroger :

 » Mes pensées représentent-elles de façon juste la situation, ou sont-elles biaisées en ma défaveur ? 

Et surtout convertir la peur en désir :

« Quel est donc le désir caché derrière ma  peur ? »  Qu’est-ce que je souhaite préserver ou développer?

Et puis passer à l’action : « Quels petits pas puis-je faire « ici et maintenant » pour aller dans cette direction ? »

Ce qui sauve, c’est de faire un pas et encore un pas.
Antoine de St-Exupery

2. Donne du sens à tes actions….

La peur, c’est aussi ce petit diable qui vient questionner le sens de ton projet. Pourquoi, pourquoi t’es-tu lancé dans cette galère ? Quel est le sens de ce grand saut ? Quel est le sens de ce changement ?

Aussi, rappelle-toi ce que la vie que tu souhaites vivre. Tu es partie avec courage pour construire cette autre vie, celle que tu veux vraiment. Prends le temps de te connecter à toi-même et visualise là très concrètement.  Lorsque cette nouvelle réalité sera créée, à quoi le verras-tu? Qu’entendras-tu? Que ressentiras-tu?

Ensuite prépare-toi à passer l’action et fixe-toi des objectifs et un plan d’action très précis.

  • Quelles sont mes principaux objectifs ?
  • Pour chaque objectif : Quels bénéfices vais-je en tirer ? Quel est mon plan d’action? A partir de quand est-ce que je vais commencer à passer à l’action ? Quand est-ce que j’aurai les premiers résultats ? Quand est-ce que je peux raisonnablement avoir terminé et atteint mon objectif?

Et si tu as peur, tu as le droit d’avoir peur mais tu n’es pas obligé de lui passer tout pouvoir sur toi. Si tu étais sûr d’y arriver, qu’est-ce que tu ferais dès maintenant, dès aujourd’hui, dès la semaine prochaine.?

Le courage c’est avoir peur mais se lancer quand même.
Inconnu

 

3. Va chercher bonheur !

La peur s’amuse aussi à te beurrer tes lunettes noires et t’empêcher de voir la beauté du monde tel qu’il se présente déjà à toi. Prends le temps d’apprécier les belles choses qui t’entourent déjà sous différentes formes et dans différents domaines. Là où tu te trouves et où que tu ailles. C’est une question d’attitude et un choix qui s’offre à toi.

Pour t’aider, je te conseille de tenir un journal de toutes les belles choses que tu as l’occasion de vivre, d’entendre, de voir, de goûter, de toucher, de respirer… Pas tout, ce serait trop long mais juste 3 kifs par jour. C’est simple mais très puissant pour construire ta résilience, nourrir ton optimisme et ta joie de vivre. Et puis n’hésite pas à le partager, le bonheur c’est contagieux!

La joie est en tout, il faut savoir l’extraire.
Confucius.

Vous aimerez aussi

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

1 Commentaire

  1. […] J’ai lu cet article sur les peurs sur le blog et j’ai trouvé ça très juste. La je suis dans ma première semaine, j’en suis encore à chercher mes petites culottes *rires*, je dois encore trouver mes marques. Je pense que c’est normal d’avoir ces appréhensions. Je vois qu’avec son travail, Jean-Marie rencontre des collègues très sympa, qui nous invitent à faire des parties de jeux de société… […]

Laisser un commentaire