Nadia Robinet, Ton Coach ParisJeMeCasse.com

Quitter Paris - Choisir Sa Vie
Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

Nadia Robinet, ton Coach ParisJeMeCasse.com

Tu commences à lire les billets coaching de Nadia et là, tu te dis « mais c’est qui celle là !? » « Pourquoi elle me raconte tout ça ? ». ParisJeMeCasse se doit de réparer cette honteuse lacune de ne pas avoir présenté sa collaboratrice la plus active, celle qui t’accompagne dans ta transformation.

nadia-coaching-parisjemecasse

Nadia, qui es-tu ?

Je viens de Guadeloupe, en milieu rural. Cela m’a donné très tôt la conscience qu’il y a un ici et un là-bas. Quand tu es sur cette île et tu envisages des études, tu as conscience que tu iras faire ta vie là-bas.
J’ai intégré une école d’ingénieur spécialisé en Informatique et Mathématiques Appliquées à Grenoble
après les années de classes préparatoires que j’ai passées à Bordeaux.  J’ai ensuite travaillé dans l’univers des Systèmes d’Information et de pilotages de grands projets internationaux, me nourrissant d’autres  là-bas.
Progressivement, je me suis passionnée pour la nouvelles scène de l’entreprise et pour la dynamique des équipes au travail, les personnages qu’on y joue consciemment ou inconsciemment. Cela m’a donné l’envie de me former vers le coaching, pour accompagner ces personnages dans leur épanouissement au travail. Je suis coach depuis 10 ans maintenant!
Nous avons tous la possibilité de rendre notre monde meilleur. Ce qui m’anime le plus, c’est de permettre aux individus et aux communautés de s’affranchir des croyances limitantes, de développer un sens aigu de l’initiative personnel.
En 2007 j’ai fondé un cabinet de coaching et événementiel, Art Coaching & Cie.
 Nous proposions une alliance entre outils traditionnels de coaching et des pratiques artistiques comme moyen d’expression, de cohésion.
Fin 2011,  j’ai repris ma casquette d’ingénieur voyant la transformation numérique accélérer et présager une transformation plus large de la société… Je rejoins alors un groupe bancaire comme DRH de la filière des systèmes d’information dans laquelle j’initie une expérimentation du télétravail qui va être généralisée et concerner près de 5000 collaborateurs. Je deviens la première responsable de l’innovation sociale et de la qualité de vie au travail du groupe.

Tes projets actuels ?

Yes We Coach est né fin 2015, c’est un nouveau départ dans une fonction de coach, avec l’envie d’accompagner ce public d’ici et de la bas : les parisiens et les provinciaux, les expatriés français et les originaires de l’outre mer où qu’ils soient dans le monde. Certaines des personnes que je coache sont en Guadeloupe, en Martinique, en Bretagne, au Japon, à Tokyo…et dans des univers très différent. C’est passionnant de voyager un peu ainsi avec chacun.  C’est mieux que Netflix!
J’aimerais dans cette nouvelle étape contribuer au développement de la Caraïbe et plus largement de l’Outre-mer notamment par l’accompagnement de l’entrepreneuriat.
Je souhaite également continuer d’accompagner les femmes vers le développement de leur leadership. Je veux que les femmes occupent les places qu’elles souhaitent dans la société, et que les portes qui ont été ouvertes hier le restent.

parmelan-tournette-dents-lanfonQuelle est ton ambition dans la vie?

C’est l’aventure de la vie. Je suis joueuse, avec ce qui vient, je compose. Je n’ai pas de plans établis. Au plaisir d’accueillir ceux qui croisent mon chemin. Faire chaque jour un pas et voir ensuite ce qui vient pour le suivant. Avec le temps, j’ai compris que le grand jeu auquel nous jouons est le jeu du bonheur.

Pourquoi les gens te consultent-ils?

Pour certains c’est un décalage entre une situation vécue et une situation désirée, pour lequel on pressent que les ressources sont là mais qu’ils n’arrivent pas à activer pour différentes raisons.
Pour d’autres, c’est le besoin d’avancer, de progresser dans leur vie, leur carrière. Pour certains, c’est une perte de sens, leur univers ne leur parle pas ou plus, ils se sentent en conflit  vis à vis de leurs valeurs personnelles, ils veulent redessiner un chemin qui fait sens et se mettre en mouvement.
Il y a ceux qui ont des idées et veulent concrétiser un projet, l’élaborer et se projeter dans un environnement bienveillant et facilitant, sans être confronté aux peurs, doutes et retours négatifs de leur entourage quand ils évoquent ce changement.
De façon assez classique pour mes clients d’entreprise, la problématique principale est le développement du leadership, accepter de se remettent en question dans ses pratiques de management pour réussir à mieux agréger les compétences et talents individuels au service d’un enjeu collectif.
Et puis, il a aussi ceux qui  viennent car ils ont l’impression que je représente une minorité qui arrive à s’exprimer et qu’ils ont eux aussi le désir de trouver cette voie.

Pour le jeu de la vie, quel conseil donnerais tu ?

En tant que coach, je donne rarement des conseils…J’aide chacun à apprendre à lire son livre pas le mien. Je peux tout de même témoigner.
Ce qui m’aide à être bien dans la vie c’est de me rappeler  le but du jeu : c’est le jeu du bonheur. Trouver les bonnes cartes pour se sentir heureux et les jouer régulièrement : rencontrer des amis… partir en retraite si j’en ressens le besoin… C’est accepter qui je suis avec mes différences et surtout ne pas essayer rentrer dans les chaussures d’un d’autre.On sait intimement ce qui nous rendrait heureux.
J’ai une part de moi  qui m’interpelle régulièrement et me dis “ Et toi, qu’as-tu fait de ta liberté” ? Tes ancêtres se sont battus pour la liberté, que fais-tu de cette liberté ?. En cultivant ma liberté, je me sens plus heureuse. C’est ce qui fait que mes peurs s’amenuisent, c’est ce qui me porte. Faire grandir la liberté. S’affranchir des barrières et des croyances qui nous empêchent d’aller où on le souhaite.

76-sur-157-convertimageNadia n’est pas que coach…

Rencontrer Nadia autrement…

Ton mot préféré ?

Cornichon. Ceux qui me connaissent comprennent pourquoi.

Le mot que tu détestes ?

Salope. Je déteste ce mot, surtout quand les gens te le disent en rigolant, comme une bonne blague. C’est un mot plein de machisme et de non-respect pour les femmes. Ca ne me fait pas rire, du tout.

C’est quoi voyager pour toi ? Comment aimes tu voyager ?

Croiser le regard des autres, des personnes que je ne connais pas, entendre des bribes de leurs conversations, croire que leurs histoires vont croiser la mienne, …c’est cela pour moi voyager.  Je ne regarde que très peu les immeubles, les paysages. J’adore écouter les voix, les musiques, les postures des gens. Voir les vies s’exprimer, j’adore ça.
Etant née à la campagne et après avoir apprécié la vie à proximité des montagnes à Grenoble, peut-être qu’à Paris, il me manque cette proximité avec la nature. Peut être que voyager, c’est l’opportunité de revivre cette proximité plus souvent. J’adore partir dans la montagne toute la journée, sans but, sans rien. Ce n’est ni une fuite, ni une échappée. On sait qu’on revient. C’est un espace de liberté, durant lequel les pensées viennent sans qu’on les attende. La nature permet bien ça.

Quelle est ta plus grande peur?

Ma plus grande peur est la haine. Que la haine devienne la culture dominante dans le pays dans lequel je vis, que cela devienne invivable pour ceux qui ne sont pas dans la norme dominante. Cela me fait très peur et notre société me semble si fragile de ce point de vue là.
Sur un plan plus personnel, ma plus grande peur est la maladie.  J’ai envie d’être un jour une très vieille dame et voir mes enfants devenir des adultes à leur tour. Cela m’encourage à prendre soin de ma vitalité et nous en avons tous besoin pour profiter de la vie.

En quoi aimerais-tu te réincarner ?

J’aimerais être une artiste à plusieurs facettes: chanteuse, danseuse, écrivain, metteur en scène. J’ai de grands coups de cœur pour des femmes artistes comme Louise Bourgeois, Sophie Calle, Nina Simone, Tracy Chapman, Simone de Beauvoir, etc. À la fois des artistes et des militantes.

Si tu pouvais être une plante ?

J’aime bien l’idée d’être un cocotier : je pourrais être au bord de la mer, je pourrais lâcher de temps en temps des noix sur la tête des passants, je serai chez moi sur ma terre. Je pourrais nourrir les gens.

Pourquoi cette collaboration avec PJMC

Pour toutes les raisons évoquées avant. Une histoire allait s’écrire avec des témoignages de personnes en mouvement. Cette communauté me parle. Accompagner les changements c’est ce que j’adore et c’est le métier que j’ai choisi. Et puis il y a également un coup de coeur pour une tonalité, un dynamisme, une envie de croquer la vie qui est sympa. Aider les gens à passer d’un endroit à un autre, c’est ce que fait le coach, même si le changement n’est pas toujours lié à un changement géographique. J’ai plaisir à voir cette histoire se construire. C’est cohérent avec ce que je fais, ce que je suis et ce que j’aime.

C’est quoi le bonheur pour toi?

Pour moi c’est aimer. Aimer ceux qui m’entourent et m’entourer de gens que j’aime. Faire des choses que j’aime. C’est ça le bonheur pour moi. Aimer en liberté. Aimer inconditionnellement.

Comment aimerais tu mourir?

J’aimerais mourir en mettant le dernier point à une nouvelle que j’aurais écrite et qui serait publiée après ma mort. J’aimerais mourir en ayant le sentiment d’avoir dit ce que j’avais à dire et écrit ce que j’avais à écrire.

As tu une devise ?

“Expect the unexpected.”  J’adore être surprise. Je déteste qu’on me demande ce qu’on pourrait m’offrir. J’aime être surprise par les gens, par moi même.
Il y a également cette phrase de Barak Obama que je trouve très juste et inspirante : “Change will not come if we wait for some other person or some other time. We are the ones we’ve been waiting for. We are the change that we seek“. N’attendons pas un sauveur qui viendrait d’une autre planète, nous sommes le changement c’est à nous de le créer ici et maintenant.

epingle-route-montagne

Vous souhaitez contacter Nadia pour un galop d’essai ? Envoyez-lui un email

Vous souhaitez collaborer ?

Vous souhaitez nous partager votre expérience ? Entrez en contact avec nous !

 

 

Vous aimerez aussi

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

4 Commentaires

  1. […] me connaitre sur ce point. J’ai un peu trop tendance à foncer tête baissée Merci à Nadia, ma coach préférée, mais aussi Valentine, Fleur de m’aider à réaliser ceci, toutes à votre manière […]

  2. […] sur Facebook est admirable. À la manière du questionnaire de Proust, idée soufflée par mon amie Nadia, je te propose un autre regard à propos de […]

  3. […] Une citation inspirée d’une jeune femme rencontrée récemment grâce à mon amie Nadia. […]

  4. […] a été réalisé dans un cadre différent des précédents car il réunit Agathe, mais aussi Nadia. Grâce à sa bienveillance, son écoute, elle m’a soutenu car le projet d’Agathe m’a […]

Laisser un commentaire