Portrait – Partir de Paris pour le Nord-Pas-de-Calais

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

De Paris au Cambrésis.

Chaque année, ils sont des milliers à quitter Paris pour un ailleurs.
Rencontre avec Marie, qui nous raconte sa démarche, sa nouvelle vie et vous offre en fin de portrait ses conseils et ses bonnes adresses.

Bonjour Marie, merci pour ce tout premier portrait pour ParisJeMeCasse.com ! Peux tu te présenter ?

partir-nord-pas-de-calais-parisHello, Marie, 32 ans. J’ai grandi dans l’Essonne en Région Parisienne. J’ai fait mes études de philosophie à Paris.
Après mon année de licence j’ai pris une année sabbatique durant laquelle j’ai voyagé en Asie du Sud Est, puis en Amérique du Sud.
J’ai repris mes études par un Master à Bordeaux ou j’ai passé plusieurs années. Je suis revenue 2 ans à Paris pour réaliser un Master en Ressources humaines. À l’issue de mon Master j’ai eu une proposition d’embauche dans le Cambrésis ou je vie depuis 6 ans maintenant. J’ai travaillé durant 3 ans en tant que RH dans une usine.

Qu’est-ce qui t’a fait franchir le cap de partir de Paris ? 

Partir pour ses études, c’est s’émanciper de sa famille et devenir autonome.
Arriver dans le Nord avait une dimension financière. J’ai hésité avec le Nord-Pas-de-Calais car la région possède une mauvaise réputation. Je ne suis pas une fan de Danny Boon, pourtant la sortie de son film m’a permis moins hésiter à partir dans le Nord.

Un comparaison entre Paris et la Province ?

Le temps, les distances. En Région Parisienne, les distances sont faussées. Les déplacements sont complexes : embouteillages, Transports en commun. Chaque déplacement est très long, trop long. Dans le Cambrésis, les déplacements sont plus simples, moins stressants.

partir-paris-coucher-soleil-nordAs tu eu des appréhensions à t’installer dans le Nord ?

J’avais peur de manquer d’un point de vue culturel. Lorsque j’étudiais à la Sorbonne, il y avait 4 ou 5 cinémas dans un périmètre très restreint.
À Cambrai c’est plus limité. La programmation est moins riche et en retard sur Paris. J’aime regarder les films en Version Originale (VO). Ici c’est plus compliqué.

Au delà du cinéma je n’ai pas à me plaindre ! Il y a beaucoup de concerts à Lille et Amiens, un festival à Arras…
Je ne vais pas aux concerts tous les soirs ni à l’Opéra, on n’est pas millionnaires *rires*. Contrairement à Paris, ici c’est moins la cohue.

Le Nord-Pas-de-Calais est très riche en musées : par exemple, le Musée Matisse est à 20 minutes de route, le Louvre Lens à 40 min, le musée des Beaux Arts de Lille possède une collection très riche de peintures flamandes, « La Piscine » à Roubaix… « La Piscine » c’est un peu la même démarche que le musée d’Orsay : C’est la réhabilitation d’une ancienne piscine en un lieu culturel. Ce sont à peu près les mêmes périodes exposées qu’à Orsay. Il y a moins de monde, personne ne vous pousse.

On doit couvrir de moyennes distances, mais les temps de déplacement sont proches des temps Parisiens dans ma région.

Vois tu des différences concernant le cout de la vie?

En commençant ma vie professionnelle dans le Nord, j’avais un appartement de 45m2, à Paris j’aurais du m’installer dans un studio étroit et exigu.

Le sport, me coûte 50€ par trimestre quand pour Paris ce doit être 20€ LE COURS ! Les inscriptions aux courses coutent deux fois moins cher qu’à Paris, avec un de meilleures dotations et conditions.
Les déplacements nous coûtent plus cher qu’un abonnement aux Transports en Commun (TEC). Nous n’avons pas de TEC. Sans voiture, tu n’es pas autonome.

Prendre un pot avec des copines revient au même pris qu’une consommation à Paris ! Les gens ne se restreignent pas et paient leur tournée. C’est plus convivial.
Il y a de nombreux restaurants gastronomiques ou de qualité accessibles ! Le juge Trévidic, pourtant très cultivé, a dit que dans le nord on pouvait manger que du Maroilles. Il n’est surement pas allé aux bonnes adresses.

On a Florent Ladeyn (l’auberge du Vert Mont), finaliste de top chef 2013, La grenouillère d’Alexandre Gauthier à Montreuil-sur-mer … à Cambrai un bon restaurant gastronomie : la maison Demarcq

paris-sortir-piscine-roubaixAvant de partir, dans quel état d’esprit étais tu ? 

Ma première question fut : vais-je m’ennuyer ?
Je me suis ensuite dit que j’allais travailler et donc ne pas avoir le temps de m’ennuyer. Je ne sors pas tous les soirs.

Beaucoup de gens quittent Paris pour fonder une famille et avoir une meilleure qualité de vie. Les enfants leur permettent de rencontrer du monde.
La danse et la course à pied en compétition m’ont permis de découvrir cette région que je ne connaissais pas du tout et de me faire des amis.
Le bénévolat m’a permis de rencontrer des gens très intéressants. J’aime visiter les musées de la région et leurs expositions, connaitre son histoire c’est important pour moi.

Aujourd’hui, où en es tu ?

Je vis avec mon compagnon rencontré dans la région ! Je me réoriente professionnellement. J’ai passé le concours d’orthophonie et m’apprête à repasser 5 ans d’études dans le Nord! On n’exclut pas de rester dans la région, même si des gens me poussent à aller vivre à la montagne *regard vers son compagnon et moi…*.

Tu aurais des conseils à donner aux gens qui veulent se lancer ?

Restez ouverts ! Il faut être curieux, s’intéresser à la région, aux gens.
Demandez où aller chez le médecin, le dentiste, le kiné… ça fait plaisir aux gens de vous renseigner et ça peut être très utile !
J’ai eu de la chance de trouver mon appartement par leboncoin.fr.

Le conseil fondamental pour se sentir bien dans une région : avoir envie d’y aller. Montrez aux gens que vous avez envie de vivre dans leur région !
C’est important de parler aux gens pour comprendre leur culture : ici on va chercher ses frites dans une baraque à frites et on se pose dans un bar. Je ne sais pas si ça se fait ailleurs mais à Paris c’est très mal vu.

Soyez optimistes. C’est valable pour plein de choses dans la vie, c’est très important.

paris-partir-quitter-abbaye-vaucelleDes lieux à recommander dans ta région ?

Dans le Cambrésis j’aurais 3 endroits à recommander :

  • L’Abbaye de Vaucelles : c’est une très jolie abbaye cistercienne. C’est un lieu apaisant, très calme. Faites la visite guidée du dimanche, la guide est super… On y apprend l’importance passée de cette région sur le plan religieux.
  • Le musée Matisse : situé au Cateau-Cambrésis, c’est un musée très didactique, qui nous apprend l’évolution de Matisse. Ce musée montre son attachement, malgré le fait qu’il ait vécu dans le sud, à sa région natale. Les « Nordistes » sont très attachés à leur région. Même quand ils partent, leur coeur reste dans le nord. Les liens humains y sont très forts.
  • Le musée de la mine : cette région est connue pour son bassin minier, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO!

Ces 3 lieux montrent ce qu’est le Nord : L’abbaye c’est le pouvoir religieux. Le musée Matisse c’est le coté artistique et l’attachement des artistes au Nord. Le musée de la mine explique cette culture d’entraide et chaleureuse dans le Nord-Pas-de-Calais !

 

Cette histoire vous parle ?
Vous souhaitez nous partager votre expérience ? Entrez en contact avec nous !

Vous aimerez aussi

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+

5 Commentaires

  1. […] la chance d’avoir quitté Paris avec ma moto. Certains visitent leur région en suivant les monuments historiques, d’autres les festivals, certains visitent par leurs activités sportives… À mon sens, […]

  2. Témoignage intéressant.
    En même temps, on sent que le nord et Cambrai, c’est « faute de mieux »… en attendant de partir vers les belles montagnes ?
    J’aurais aimé avoir votre avis sur les difficultés ou opportunités potentielles d’adaptation pour une célibataire quadra habituée au centre de Paris (avec tous ses clichés).
    Je pense à Lille, que j’ai aimée, mais j’ai vraiment peur qu’elle se soit endormie et de ne pas m’y retrouver sur le plan culturel…
    Est-ce que je deviens bêtement snob comme de nombreux provinciaux montés à Paris, 😉 ?
    Est-ce que je

    1. Bonjour Carmen,
      Je vais contacter les gens de mon entourage qui ont vécu à Lille et dans le Nord pour répondre au mieux à ta question. En attendant, ma réponse est la suivante.
      Pourquoi cherches-tu à partir de Paris ? Dans ton commentaire j’ai l’impression que le centre de Paris est ta vie : « adaptation », « tous ses clichés », « snob ».
      Où que tu ailles tu retrouveras les mondanités à la parisienne, des bars, des salles de concert pour peu que tu ailles dans une ville de taille moyenne +.
      En revanche la variété et la diversité ne sera pas forcément la même à moins d’aller dans de grandes villes dans lesquelles tu retrouveras également certains points que tu cherches à quitter en te cassant de Paris.
      Concernant la culture, j’habite dans une région qui pourrait davantage la développer. Mais quand je suis parti de Paris, j’ai pesé le pour et le contre en me disant que je n’allais plus aux musées, aux concerts, comme avant. Que je pourrais aller faire les expos qui me plaisent ou voir des concerts en remontant sur Paris et que ce serait un bon prétexte pour voir mes amis et ma famille.
      Lille n’est qu’à 1h de Paris.
      N’hésite pas à échanger à propos de ton envie de partir, nous pourrons peut être répondre à tes interrogations par notre vision et t’offrir un autre regard.
      Concernant ‘de nombreux provinciaux montés à Paris » : combien sont repartis à cause de ce snobisme ? Toutes nos envies / attentes / besoins varient.
      Cet article t’offrira peut-être des éléments de réponse aussi : https://www.parisjemecasse.com/coaching-choisis-ta-vie/

      J’espère que Marie trouvera le temps de te répondre. Belle journée à toi !

    2. Bonjour Carmen,

      Difficile de vous répondre concernant les difficultés d’adaptation : cela dépend des personnalités de chacun. Si vous avez des passions, il est toujours plus facile de rencontrer du monde (en adhérant à un club, en intégrant une association ou une chorale par exemple.) Les occasions ne manquent pas si l’on est ouvert au monde et aux gens qui nous entourent. Ne connaissant pas non plus les clichés autour des quadra célib’ parisiennes je ne saurai pas dire si ce changement est compatible ou pas !

      Concernant la ville de Lille, j’y ai repris mes études, et je ne crois pas qu’elle se soit endormie. Mes camarades de promo (en reconversion professionnelle ou non, parisiennes ou non) s’y plaisent beaucoup. Elles sont unanimes pour dire que comme à Paris, on peut y vivre sans voiture. Comme à Paris, on peut y faire ses courses à la dernière minute, en passant à la supérette du coin, et la vie nocturne (étudiante, pour le coup) y est apparemment très sympa (tout en étant bien sûr plus accessible financièrement).

      De mon côté, le Nord et Cambrai, c’était effectivement « faute de mieux » quand j’y suis arrivée, il y a 7 ans (même si à l’époque, je ne savais pas s’il y avait vraiment mieux). Mais depuis 4 ans, c’est bel et bien un choix de vie. Un choix partagé avec mon compagnon, couplé à mon (notre) projet de reprise d’études. (La montagne c’est plutôt une envie de Titou qui aimerait que tout son entourage émigre à Annecy ). Notre vie y est douce, notre famille et nos amis qui viennent nous voir ont l’air heureux de profiter de notre sérénité à la maison.

      Quant à l’accès à la culture, comme Titou, avec ma vie professionnelle, puis ma reprise d’études, je n’aurais de toute façon pas le temps de courir les expositions et les concerts. L’orchestre nationale de Lille est formidable (j’y suis allée deux fois en Février), l’opéra aussi (et financièrement bien plus accessible qu’à Paris). Malgré plusieurs visites au Palais des Beaux Arts, je n’ai pas encore fini d’en faire le tour… et je n’ai pas encore tout visité dans la région (qui s’est par ailleurs agrandie !) Et comme le rappelle Titou, Lille est à 1h de Paris, donc en cas de manque, il est possible de faire le voyage dans la journée. (En temps, cela revient au même que d’aller de Seine Saint Denis vers l’Essonne ou les Yvelines après tout !)

      Il me semble que, quelle que soit la destination que l’on choisit (ou non d’ailleurs, parfois !), il est important de savoir pourquoi l’on part, d’avoir un projet qui nourrit qui l’on est. Et où que l’on vive, je pense que l’on finit toujours par rencontrer des gens avec qui l’on a des affinités, si toutefois on est ouvert à l’autre.

      Si vous aviez d’autres attentes (conseils, par exemple), n’hésitez pas à préciser comment je pourrais éventuellement vous éclairer dans votre choix.

      Bonne soirée !

    3. Marie a déjà elle-même bien répondu à la question dans son commentaire juste au dessus.

      Personnellement je ne connais pas « la vie parisienne », si ce n’est qu’en tant que touriste. De fait, mon commentaire ne pourra que modérément t’éclairer, faute de véritable comparaison.

      De mon côté je suis en effet un Nordiste pur jus, originaire du cœur du bassin minier ou j’ai passé une grande partie de ma vie (et encore, j’ai déménagé sur Valencienne, autant dire pas très loin) et dont les grands-parents ont tous passé leur vie à la mine. Du coup, on peut dire que je connais bien le coin.

      Ici côté culture il y a tout de même de quoi faire je pense. Toutes les communautés d’agglomérations locales font beaucoup d’effort pour développer cet aspect, qui c’est vrai, avait été pas mal délaissé jusqu’à il y a peu.
      Aujourd’hui tu as énormément de choses à faire, que ce soit directement sur Lille (concerts, expos) avec une vie urbaine que j’imagine plus proche de celle que tu connais sur Paris. Tu as aussi le Louvre Lens, qui est loin d’être une version « cheap » de celui de la capitale, avec justement pas mal d’animations sur l’histoire du bassin minier justement (qui à été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 2012). En dehors, mêmes les petites agglomérations organisent toujours des tas de choses les week-end, et c’est toujours l’occasion de rencontrer des tas de gens intéressants, la réputation des « gens du nord » n’as rien de surfaite et il s’agît à mon sens d’une vraie richesse. Il ne faut pas garder en tête cette image de la ruralité des années 70, ici même au milieu des vaches (car oui j’habite à la campagne, et j’ai réellement des vaches en face de chez moi), les activités ne sont jamais très loin. Et culturellement, en cherchant un minimum la province est peut-être plus riche (et variée) que la capitale, juste qu’on a pas tout sous le nez.
      Il n’y a guère que pour quelques rares événements nationaux que je me déplace encore à Paris, mais comme on te l’as déjà dit, c’est l’affaire d’1H30 de route à tout casser.

      LA différence concernera surement le rythme, notamment la quasi absence de « vie de nuit » (en dehors de Lille, mais rien à voir avec Paris non plus), et aussi qu’en dehors de la métropole Lilloise un véhicule est indispensable, même si la région est plutôt bien desservie en transport en commun.

      Après Titou le dis bien dans ses différents articles, quitter Paris, c’est aussi faire le choix de quitter le « tout, tout près, tout de suite ». Mais en général on y gagne bien plus qu’on y perd question qualité de vie.
      J’ai eu l’occasion de partir pour Paris, Bordeaux et Montpellier. Au final, hors de question de quitter ma région, après il s’agit d’un choix très personnel.

Laisser un commentaire