Quels aliments et déchets mettre dans son lombricomposteur ?

Aliments bons pour le lombricomposteur

Suite à l’article dédié au démarrage d’un lombricomposteur, il m’a été demandé de vous rédiger un article sur les aliments et les déchets à donner aux vers. S’il en manque, n’hésitez pas à m’interroger en commentaire, je tâcherai de vous répondre et de compléter ma liste qui sera difficilement exhaustive.

Nourrir ses vers de lombricomposteur

Si vous avez opté pour un lombricomposteur, c’est vraisemblablement pour réduire vos déchets, les recycler voire peut-être pour en faire de l’engrais naturel. Ce processus passe par l’alimentation que vous allez donner à vos vers. Comment les nourrir ? Quels déchets leur donner ? Eisenia, de son petit nom, est un vers vorace mais sensible. Penchons-nous sur les bonnes pratiques à adopter.

Ce qu’il faut savoir pour nourrir vos vers

Avant de nous pencher sur une liste, il est important de comprendre la logique qui se prête à l’alimentation des vers de lombricomposteurs. Ceci vous permettra d’en déduire les réponses à certaines de vos interrogations.

Nourrir les vers de votre lombricomposteur avec des déchets

Eisenia va bientôt passer à table. Comment allez-vous nourrir vos vers ? Quels déchets allez-vous recycler ?

Intéressons-nous dans le détail aux déchets susceptibles de se retrouver dans votre lombricomposteur .

Quelques notions à connaitre sur l’alimentation des vers

Avant d’évoquer en détail ce que les vers aiment manger et ce que nous vous conseillons de mettre comme déchets organiques dans votre lombricomposteur, il est nécessaire de comprendre et connaitre quelques notions sur la nourriture des vers.

Les besoins alimentaires des vers Eisenia

Comme bon nombre d’êtres vivants, plus vous variez leur alimentation, plus ils sont contents et en bonne santé. Pensez aussi que la diversité et la richesse de vos apports augmentera la qualité de votre compost. La nourriture à fournir à vos petits travailleurs doit être d’origine végétale. La liste que je vous partagerai comporte des exceptions comme l’ail, l’oignon, l’échalote, les agrumes pour leur caractère acide et long à décomposer.

Nourriture en petits ou gros morceaux ?

Les vers ne s’alimentent pas de déchets frais. Ils préfèrent la nourriture dégradée par les bactéries, champignons, collemboles et autres acariens. Vous l’aurez compris, plus les déchets sont gros, plus ils mettront de temps à se dégrader. Plus ils mettent de temps à se dégrader, plus ils risquent de fermenter et donc de :

  • Produire de la chaleur,
  • Sentir mauvais,
  • Dégager plus d’acidité.

Prenez donc le temps de couper les déchets en petits morceaux pour faciliter la dégradation des déchets et leur ingurgitation.

Répartissez les déchets le plus possible sur le plateau pour éviter les tas. Cela permet d’éviter la fermentation et de répartir les apports sur tout le plateau.

PS : j’ai préféré répondre à cette question mais sérieusement : vous avez vu la taille d’une bouche d’un ver ??

Quels aliments puis-je donner à mes vers ?

« Enfin » me direz-vous ! Vous trouverez ici la liste des aliments ok et des aliments pas ok pour vos vers. En bonus, quelques explications.

Bien nourrir Eisenia : les aliments et déchets que je peux donner.

Point important. Pensez à l’apport de matière carbonée lorsque vous apportez des déchets végétaux biodégradables afin de compenser l’humidité naturelle dégagée lors de la décomposition. Apportez le même volume de papier, carton, cellulose que de matière végétale à chaque apport.

En ce qui concerne les aliments cuits, ça ne pose pas de problème. Il faut proscrire les plats en sauce ou aliments cuisinés avec de la matière grasse. On oublie donc les aliments couverts d’huile, de beurre, de crème

Fruits et légumes à donner

Globalement, vous pourrez donner fruits et légumes à nos amis épigés, à l’exception (et je le répète au moins 3 fois dans l’article), de l’ail, oignon, échalote, agrumes. Précision importante : ajouter des morceaux de fruits, épluchures oui. Des caisses entières non. Attention à la fermentation. Soyez raisonnable et mesuré.e.

Attention à tout ce qui possède des graines qui pourraient germer. Ce n’est pas problématique mais ça peut vite devenir envahissant ! Vous pouvez soit trier les graines, soit les laisser germer et les arracher au fur et à mesure. Cela fera un apport supplémentaire à votre compost.

  • Ananas : aucun souci pour les vers. Attention aux épluchures qui sont très dures, découpez les. Les feuilles sont trop dures, vous pouvez les jeter sans culpabiliser.
  • Artichaut : bien découper, bien mélanger avec d’autres aliments. La version à la vapeur est plus tendre pour les vers.
  • Asperges : pas le met préféré des vers. À ajouter dans le lombricomposteur en petite quantité bien répartie.
  • Banane : à bien découper en morceaux (2/3cm de large c’est parfait). Les vers adorent la banane.
  • Gingembre : peau et chaire ok.
  • Poireau : bien que de la même famille que l’oignon, le poireau ne pose aucun souci aux vers ou au compost. Éviter la partie blanche.
  • Champignons : les vers les mangent aussi, en épluchures ou petits morceaux. Vous pouvez les incorporer cuits s’ils ne sont pas recouverts de matière grasse comme de l’huile.
  • Courgettes & Courges : aucun souci pour les peaux, les morceaux abimés ou moisis. Attention aux graines qui peuvent germer.
  • Carottes : idem. Et ça rend les vers aimables. En plus ça leur fait les fesses roses.
  • Concombre
  • Céleri : pas de souci. Il semblerait en revanche que le céleri pomme dégage une mauvaise odeur durant plusieurs jours.
  • Cucurbitacées : potirons, potimarrons, butternuts, etc. Les vers les mangent. Attention si vous mettez la peau qui est très épaisse. Découpez la le plus finement possible car c’est très long à se désagréger. Attention aux graines qui germent. Soit vous les jetez, soit vous les arrachez une fois germées et les laissez en nourriture aux vers.
  • Curcuma : poudre ok mais à bien répartir. Racine ok à débiter. Fait partie d’ailleurs de la famille du gingembre.
  • Endives – chicon – chicorée : bien débiter les trognons et les feuilles.
  • Fenouille
  • Figues : Ok. Régale des acariens.
  • Fraise : un délice pour les ptits voraces.
  • Graines de pois germées : nous avons utilisé ceci comme accompagnement dans des salades. Si vous ajoutez les mottes avec les graines, les vers les mangent mais ça pue plusieurs jours. Après 5 jours ça sent encore fort !
  • Harricots
  • Kiwi : Pas de souci si vous coupez en petit morceau la peau. Sinon elle risque de sécher, se coller et être trop épaisse pour se dégrader rapidement.
  • Litchi : Peau si réduire en petits morceaux. Noyaux non.
  • Mangue : peau oui, noyau non.
  • Melon : même pratique que pour les cucurbitacées.
  • Pastèque : aucun souci à condition de bien compenser en matière carbonée et de bien débiter la peau.
  • Pêche, pêche plate, brugnon, nectarine : Chaire, peau ok. Noyau non, trop long à décomposer (mais genre super long!).
  • Poivron : Ok. Attention aux graine. La queue est à débiter.
  • Pomme – poires – nashi : peau ok. Chaire ok mais débitée. Trognon oui, mais bien débité.
  • Pomme de terre & patate douce : pour moi, ça ne pose aucun souci. Je n’en retrouve pas de traces dans mon lombricompost. Mon astuce est de bien laisser sécher les pelures. Autre astuce pour les pelures, les germes et restes de patates, je les fais cuire au micro-onde afin qu’ils ne racinent pas. Bien évidemment, tout débiter en petits morceaux.

Précision bis : les noyaux ou les coquilles dures peuvent être ajoutés au lombricompost. Il leur faudra plus de 3 ou 4 mois pour disparaitre. C’est pour cela que je ne recommande pas de les mettre, car lors de la récolte du compost, vous devrez les trier. Il est tout à fait possible de les incorporer broyés.

Plantes à incorporer

Vous l’avez compris : tout ce qui est trop gros et dur (je vous vois venir) est mal digéré par un lombricompost. Préférez les déchèteries ou un composteur de jardin pour cela.

  • Plantes et algues d’aquarium : ok si bien rincées.
  • feuilles : ok sans les branches. Toutes les plantes à la mode en ce moment comme le piléa, monstera… La partie tendre c’est ok. Si la branche est petite et fine, coupez la. Si elle a un diamètre important (plus de 1cm), cela prendra trop de temps. Les feuilles mortes sont assimilées à un apport en matière carbonée lorsqu’elles sont sèches.
  • Pétales : les vers en raffolent.
  • Consoude
  • Orties
  • Trèfles

Déchets de cuisine autres que l’on peut ajouter au lombriompost

  • Marc de café + filtre : aident à la digestion des vers. Ils adorent le filtre
  • Thé : idem
  • Farine : en petite quantité, bien répartie dans le plateau. Les vers ne la mangent pas mais cela peut enrichir le compost.
  • Coquille d’oeuf : la star du lombricompost. Réduite en poudre, elle permet de réguler le pH du lombricompost en réduisant l’acidité. Mettez en régulièrement, vous serez tranquilles.
  • Kéfir : Je n’ai jamais testé. De ce que j’ai lu sur un forum, les levures et les bactéries du kéfir se nourriraient du sucre des fruits. Intéressant pour réduire le risque de fermentation. N’hésitez pas à me tenir informé susr ce point.
  • Pain, miettes de pâtisserie, croutes de pizza : un tout petit peu, en petit morceau, bien réparti.
  • Riz et pâtes : n’en videz pas une casserole entière. En petite quantité, bien répartie. Ces déchets ne doivent pas être salés, couverts de matière grasse ou en sauce.

Déchets domestiques pour nourrir le compost

Vous allez pouvoir recycler certains déchets domestiques qui équilibreront le rapport azote/carbone de votre lombricompost. Découpez ces apports en petits morceaux ou fines lamelles.

  • Carton : rouleaux de papiers toilette, rouleaux d’essuie-tout, livraison… Découpez le tout en petits morceaux de 5 cm maximum.
    Selon la tournure que vous souhaitez donner à votre compost, vous pouvez également y mettre les cartons d’emballage qui ne sont pas glacés (boites de céréales, de mouchoir,…). L’encre ne contient plus de plomb mais n’est pas bio.
  • Boîtes à pizza : même souillées en petite quantité. Idem, bien découper en petite morceaux.
  • Papier journal
  • Papier brouillon
  • Tickets de caisse et reçus de carte bleu
  • Tickets de bus sans bande magnétique
  • Enveloppes sans fenêtre
  • Papier crafts
  • Listes de courses
  • Magazines : OK si papier recyclé. Non si c’est du papier glacé.
  • Boites d’oeufs : la cellulose qui les compose est très bien digérée. Enlever le papier glacé qui recouvre certaines boites.
  • Chips en amidon de maïs
  • Sopalin – Essuie-toutmouchoirs : Ok si pas gorgé de gras. Son pouvoir absorbant gère bien l’humidité.
  • Poils d’animaux – humains – ongles – cheveux. En petite quantité car mettent du temps à se dégrader.

Mal nourrir Eisenia : les aliments et déchets que je ne dois pas donner.

Ne pas nourrir les vers avec ces fruits et légumes.

Certains fruits ou légumes dégagent trop d’acidité pour les vers. On pourrait les ajouter en toute petite quantité mais ne prenons pas de risque. Certains noyaux, certaines coquilles sont trop durs pour se dégrader dans le compost en quelques mois voire années. Il n’est donc pas nécessaire ou judicieux de les y incorporer.

  • Oignon – échalote- ail : à proscrire. On pourrait ajouter la première peau sèche mais bon… ça n’a pas trop d’intérêt.
  • L’Avocat : la peau et le noyau sont trop durs. La chaire est ok.
  • Agrumes : oranges, clémentines, mandarines, citron, bergamote, bigaradier (orange amer), etc. Ils sont trop acides et anti-bactériens. Leur peau met beaucoup de temps à se dégrader et fermente rapidement.
  • Rhubarbe : réputée vermifuge, elle est proscrite par toutes les sources que j’ai pu tester. Attention, le vers que nous pouvons attraper dans les intestins ne sont pas les mêmes que dans le lombricompost. Mais je n’essaierai pas quand même 😀

Plantes et autres déchets

Ces déchets conviennent mieux à un composteur de jardin

  • Branches d’arbres et de plantes vertes trop grandes
  • Tonte de pelouse
  • Coquille de fruits secs : amandes, noix, noisettes…trop long à se dégrader.
  • Papier glacé
  • Papier toilette souillé
  • Déjections
  • Plastique et déchets non biodégradables
  • Viande
  • Poisson
  • Sauces
  • Fromages

J’espère que cet article répondra à un maximum de vos interrogations. N’hésitez pas à m’aider à le compléter.
Si ce type de démarches vous intéresse, prenez le temps de regarder comment faire votre lessive maison ou de réaliser vos propres éponges maison. Ce sont de petits gestes gratifiants et un plus dans la gestion de votre consommation.

Laisser un commentaire