J’ai testé les chaussons d’escalade EB Guardian et Django

E

En tant que grimpeur peu éclairé, j’ai pris le temps d’essayer plusieurs marques de chaussons d’escalade afin de ne pas tomber dans le vice subtil des marques au marketing surpuissant. Fruit du hasard, la forme de mes pieds m’a amené à la marque de chaussons d’escalade français EB. La marque iséroise a le mérite de proposer des produits au rapport qualité/prix très concurrentiels. Dans cet article, je vais vous parler à la fois du test des Guardian et des Django, mes compagnons de séances, mais aussi d’une question essentielle, celle du choix de ses chaussons.

Chaussons EB - Django & Guardian

Comment choisir ses chaussons d’escalade

Avant d’en venir au comparatif, je trouve important d’expliquer comment choisir ses chaussons d’escalade et de casser certains mythes.

Un chausson d’escalade ne devrait pas être choisi pour son design mais pour la solution qu’il apporte à un grimpeur : technique de ce dernier, produit adapté à la morphologie du pied, technicité du produit. Son style est secondaire.

Je ne crois pas au mythe qu’il faudrait prendre 3 tailles en dessous de sa pointure de chaussure de villes et ce pour plusieurs raisons :

  • S’il s’agit de prendre le chiffre le plus bas, les marques peuvent d’un point de vue marketing accoler des étiquettes au sizing réduit. « Ce 42 ? Je vais lui mettre une étiquette 39, ça va exciter les drogués de l’exploit hohoho ». Certains fan d’une marque transalpine se reconnaîtront.
  • Tu prendras toujours des buts par des mecs en chaussette (d’une autre galaxie), ce qui prouve bien que ce n’est pas le chausson d’escalade qui fait le grimpeur mais l’âne qui les porte.
  • Connais-tu un seul sport dans lequel on t’explique que ton accessoire/ta tenue doit te faire mal, réduire ta circulation sanguine, comprimer tes muscles, pour te rendre meilleur ?

Un chausson d’escalade ne doit pas faire mal. Un chausson d’escalade doit apporter un support (précision, rigidité, adhérence), mais en aucun cas transformer ton pied en schtroumpf. Les études prouvent que plus on muscle son pied, plus ce dernier gagne en précision. Plus le pied est comprimé, moins il est amené à se muscler, à se développer.

Je ne choisis pas mes chaussons d’escalade d’après un ambassadeur de marque car :

  • Mes pieds rentrent rarement dans les modèles portés par les champions. J’ai des pieds trop atypiques pour pouvoir me payer ce luxe.
  • Ils ont une technique supérieur à la mienne donc ce n’est pas les chaussons qui vont m’aider.
  • Je travaille dans le marketing/la publicité…

Mon conseil : essaie un max de chaussons d’escalade. 

Comparer les chaussons de grimpe

Pourquoi je grimpe avec ces chaussons d’escalade

J’ai découvert les chaussons d’escalade EB Guardian au vieux campeur. Commençant à progresser, j’ai décidé de prendre des chaussons polyvalents, pouvant s’adapter aux grimpeurs amateurs comme au haut niveau. Sait-on jamais qu’un jour je me transforme en mutant (je cherche une greffe d’adamantium si jamais).

Par l’activité de ce blog et mon travail, j’ai ensuite eu le plaisir et la chance de rencontrer Cyril, directeur marketing de EB, qui m’a gentiment proposé de tester les Django pour m’ouvrir à d’autres produits.

Cet article n’est nullement sponsorisé, en revanche il me paraît normal de proposer un retour suite à l’utilisation du chausson d’escalade EB Django. Tant qu’à faire, autant m’exprimer sur les deux.

Utilisation des mes chaussons d’escalade

Je fais partie de ces néo-pratiquants qui grimpent plus en résine qu’en cailloux. La diff’ (escalade en voie) me fait flipper et Fontainebleau s’est considérablement éloigné…

Matériel d'escalade pour escalader à Krabi

Après avoir essayé ces deux chaussons d’escalade, je grimpe désormais avec les deux paires. Je chausse du 39 1/2 (petits pieds,…petite …chaussette ?). Mes paires possèdent 2 tailles différentes :

  • Guardian en 39
  • Django en 40

Lors de mes sessions d’escalade, il m’arrive de changer de paires pour plusieurs motifs :

  • Parce qu’il fait chaud, que je transpire à mort des pieds, qu’il m’arrive de glisser dans mes chaussons d’escalade trempés;
  • Parce que j’ai besoin de me rassurer sur un graton, et que le guardian m’aide psychologiquement par leur caractère plus fin. C’est dans la tête.

Je suis ravi d’avoir les Django en 40. Je ne rentre pas dans le 39. J’avais l’appréhension que le 40 soit trop grand, trop lâche mais finalement ils m’apportent un certain confort. J’ai gagné en précision sur les pieds et en confiance car ils m’ont sorti de ma zone de confort. Je les porte tout le temps et les appelle « mes charentaises ».

Test Chausson d’escalade : Django vs Guardian

Je ne vais pas recopier la fiche technique des 2 produits, ça n’apporterait pas grand chose à l’article. Si tu désires toutes les infos, je t’invite à te rendre sur le site d’EB escalade ou d’un e-commerçant.

Pour info, les deux sont en fibre synthétique donc ne se détendront quasiment pas. Pas la peine donc de les prendre ultra serrés en espérant plus de conforts dans les 3 mois qui viennent.

Test du chausson EB Guardian

Dans les grandes lignes, le chausson d’escalade Guardian est fait pour la performance, tout en étant un des chaussons d’escalade les moins chers du marché. Exit les chaussons à 120/150€ pour brosser son égo, bienvenue dans la team Pince (moins de 80€).

Eb Guardian - Chausson d'escalade pas cher

Le Guardian d’EB est ultra asymétrique, bien que de visu il paraisse relativement droit (c’est peut être pour ça que le vendeur me l’a conseillé, en se plantant). Il m’offre un super maintien, confort et me permet de me faire plaisir dans tous les types de grimpes (bloc/voie/dalle/dévers…).

Bien qu’en Mono scratch, le chausson Guardian offre une super tenue. De nombreuses marques utilisent ce système qui offre un gain de temps à l’attache du chausson. Vous pouvez y aller les yeux fermés.

La forme de ce chausson d’escalade est assez fine et propose un très bon maintien du pied. En m’échauffant sans le serrer, il m’arrive régulièrement d’oublier de le serrer avant d’entrer dans le dur.

Je n’ai pas trouvé de faiblesse à ce chausson d’escalade, encore une fois parce qu’il me semble adapté à mon pied. Sensible à la moindre irrégularité de la roche/résine, ce chausson d’escalade me renvoie toutes les informations que j’attends.

Test du chausson EB Django

Si je ne dis pas de connerie (dans ce cas je me corrigerai), le Django est le grand frère du Guardian. Plus large à mon gout, il m’offre plus de confort. Il est précis mais de par son coté un peu plus large, peut m’inviter à passer par le Guardian pour passer un bloc plus précis. Ce ressenti est très personnel. Quelqu’un possédant un coup de pied prononcé ne percevra pas le chausson comme moi.

EB Django 2018 - chausson pas cher

Le chausson Django se resserre avec 3 scratch mais je n’ai pas l’impression qu’ils offrent un meilleur maintient qu’un mono scratch. J’ai un coup de pied très faible, c’est peut être l’explication de mon ressenti.

Je n’ai pas trouvé de faiblesse particulière à ce chausson, si ce n’est peut être une contre pointe que je souhaiterais un chouille plus prononcée. J’adore le confort qu’il m’apporte, que je percevais comme une faiblesse et qui en fait le chausson que j’utilise le plus à ce jour.

Ce que j’aime chez les deux

  • Leur languette moltonnée au niveau du coup de pied
  • leur prix plus qu’abordable
  • Une performance largement suffisante pour le commun des mortels. Et renseigne toi, de sacrés mutants portent le Guardian à ce jour.

Ce que j’aime moins chez les deux

  • Paradoxalement, leur coloris. Après, les goûts et les couleurs…
    J’explique plus haut que j’y apporte peu d’attention, pour autant, vu leur rapport qualité/prix, je pense qu’avec un simple travaille de coloris, ils pourraient gagner leurs lettres de noblesses. Ceci se joue à quelques nuances, pas grand choses. Comme le dit Léonard De Vinci « Les détails font la perfection, et la perfection n’est pas un détail ». De plus en plus de marques s’intéressent à des salons comme Maison et Objet pour dénicher les nouvelles tendances chromiques. Mais comme on dit « les goûts et les couleurs… »
    Dans leur choix de produit, dans d’autres gammes, je trouve que l’Avatar, le Black opium, le Captain ou encore le Split ou le torche lace ont bien plus de tronche. Mais je chipote.
    Pour le fun, je me suis amusé à changer les coloris des chaussons pour les adapter davantage à ce que je choisirais si j’avais le choix. N’hésitez pas à me donner votre avis en commentaires.Chausson d'escalade EB GuardianChausson d'escalade Django EB

Ce que j’aimerais faire évoluer

  • Le caractère durable. Un cordonnier m’expliquait que vu leur structure (que je ne saurais vous détailler) il pourrait les ressemeler 1 fois mais qu’ils étaient un peu fragile pour les ressemeler plusieurs fois. Pour ceux qui me connaissent, j’aime le caractère durable des produits, que l’on ne jette pas. Pour info, une paire de Guardian, pour peu qu’on ait une réduction dessus, coûte à peine moins cher qu’un ressemelage. Certains préféreront repayer une paire neuve et repasser par la case « détente des chaussons », mais aussi éviter les mauvaises odeurs.

J’espère avoir répondu à tes attentes dans cet article. Si ce n’est pas le cas, n’hésite pas à laisser un commentaire, j’essaierai d’y répondre au plus vite.

7 Replies to “J’ai testé les chaussons d’escalade EB Guardian et Django”

  1. Bonjour et merci pour ce retour produit. Nous avons bien pris note pour le choix des coloris et nous essayerons d’en tenir compte lors des prochains modèles.

  2. Je possède une paire de guardian depuis un bon moment, je commençais à les trouver de moins en moins rigide, après un ressemelage en début d’année je retrouve mes guardian du début !
    Niveau pointure je chausse 40 et mes guardian sont en 41.
    Ils sont très performants et confortables (après quelques séances quand même !), En intérieur comme en extérieur, je grimpe aussi avec des scarpa vapor V.

  3. Yop ! Merci pour ton article super instructif ! Je pensais acheter les Django 2.0, mais une seule chose me fait hésiter, la largeur de mon pied… Oui je pensais pas que je m’en préoccuperais un jour et pourtant ! Es-ce que tu les considères comme fait pour pieds plutôt étroits, normaux ou larges ? La question peut paraître un peu étrange parce que bien évidemment ça dépendra du ressenti de tout un chacun, et pourtant certaines marques y font référence dans la présentation de leurs chaussons.

    1. Salut Clément. Merci à toi pour ton commentaire.
      Pour tout te dire, j’ai un pied assez particulier. En gros, j’aime les comparer à des sabots. Je mesure 1m76. mes pieds sont à peine plus grand que du 38,5 en mesure de ville, et ont largeur de pieds de taille 40. J’ai les pieds plats, avec quasiment aucun coup de pied. En fait en te les décrivant, je dirais plutôt que ça ressemble à des palmes canard 😀
      Je porte des Django en 40, alors que je mets des Guardian en 39… Donc je t’invite à essayer vraiment les deux car si tu regardes bien, ils ont une forme assez similaire.
      Je porte les Django pour le confort, bien qu’ils m’offrent une très bonne précision.
      Tu as bien raison de te renseigner la dessus, mais comme tu le dis, rien ne vaut un essaie. J’ai porté d’autres marques et je ne pouvais chausser certains modèles d’une marque identiques à ceux que je portais alors.

  4. Hello
    Je suis adepte des Guardian que je porte en toutes situations (couenne, bloc, grande-voie) mais il m’arrive de porter les Django aussi. Je fais un grand 39 en pointure de ville et je porte du 39.5 en Guardian et du 40.5 en Django. (comme Titou une pointure de plus pour moi)
    J’ai le pied plutôt fin mais bien large au niveau de l’os du côté du pied. La première fois que je les ai essayés j’ai senti une légère préhension mais qui s’est atténuée tout de suite.
    Je dirais donc que Guardian et Django sont bien adaptés à différentes morphologies de pieds… c’est un peu la marque de fabrique d’EB, le confort avant tout !

  5. Super ! Merci pour toutes ces précisions ! Je cherches un peu des petits « détails » partout parce qu’en ce moment c’est légèrement compliqué de pouvoir se déplacer pour tester des chaussures en shop… ^^’ Mais ça me conforte dans mon choix ! Et ça fait plaisir de croiser d’autres personnes qui ne sont pas adeptes d’un -4 en pointures comme seule solution pour devenir des ovnis de la grimpe !

    1. Ayant échangé avec les concepteurs de ces chaussons, tu verras que cette conception du -4 est en train de changer. Pour muscler un pied, il faut qu’il soit libre de ses mouvements, donc pas compressé. Connais-tu un sport dans lequel on comprime un membre pour le rendre plus performant ?
      Et enfin, l’histoire du -4… ne veut rien dire. C’est aussi en grande partie marketing. Suffit de mettre une étiquette 2 tailles en dessous et tu fais croire à ton client qu’il fait -4…

Laisser un commentaire